Tuesday, 10 December 2013

Interview with JEANNOT GILLIS (QUATOUR HALVENALF, JULVERNE, UNIVERS ZERO, NUIT CALINE A LA VILLA MON REVE)




                                             Jeannot Gillis (1951)


Musical Biography

My father was an institutor, amateur musician, ready for any kind of adventures – he played violin in the cinemas during the 30’ties, he tried naturism, he was 4 years long in a Nazi concentration camp, and he ascended Cervin Mountain, he took part in the communist party, he made some enjoyable paintings, he wrote an unfinished symphony and some mushy songs….After the war, he sold leather in order to survive.
As I was 7 years old I had the “permission” to learn to play violin, I had been waiting that moment since long!
My childhood was diligent and rather wise, few passion but a lot of interest. I became construction engineer , work that I’m carrying out at present, after a life divided among music and teaching , in a school for engineers. I don’t have any musical academic degree, but I had ten years of private learning with a professor of classical music- he was “ Concert Meister” of The National Belgian Orchestra. He taught me classical violin without stress , including some intrusions in the “ musique de salon” (dance music of beginning of 1900) – I still keep some traces of it. After my studies- without any problem but felt as a nightmare- I started to do music professionally, following the meeting with Pierre Coulon. My work as an engineer was temporarily  put aside but I didn’t know it yet! Not having a classical degree I infiltrated myself in the varietè (pop?) & underground ambient  of Brussels. It was the period of the renaissance of European folk music, so I started to play folk from the Wallon Region that I totally was unaware of. We organized a common stay in a big building which we called Villa Hortense .It’s name became the name of an organization of progressive music called “Les Lundis de Villa Hortense”.


                                    Jeannot Gillis & Céline Azizieh


Meetings

In the seventies I regularly visited a rehearsal studio, that’s were I met 2 members of Univers Zero Daniel Denis & Guy Seghers. The group was doldrums and Roger Trigaux had just left.The experience playing with them was enriching , I first met a form of intellectual rock ( even if they didn’t see it like that), including odd rhythms, a composition form generating from complex riffs, ambitious tracks longer than usual, an aggressiveness , which I didn’t support, and a completely new way of playing drums. I discovered Magma that I didn’t know before and I found a new world of harmonies and colours which keep influencing me indirectly also nowadays.
My experience in UZ lasted less than one year, I didn’t participate to the radicalism  pursued by the group – obsession about black, gothic letters  and fantasies, absence of « distance » and humour, refuse to take some distance from a dark ambiance and a closed  aesthetic view.
But I always appreciated the originality of their path and the quality and involvement of the musicians.
I’m still in contact with Daniel Denis, at a musical level, but I’m a very good friend of Michel Berckmans, the bassoon player of the group, I’ve been playing with him in many groups.

                         
        


Earn my life

In order to earn my life I accompanied the singer Jofroi, who just started his profession, playing with him I learned to stay on a stage, to make arrangements and to play in a group. I didn’t share the aesthetic point of view, but the collaboration was positive for everyone involved. The group accompanying this singer became Julverne after having been Coulonneux with reference to Pierre Coulon and to Waloon folk (collonneux=pigeon fancier, people who participates to the competitions for carrier pigeons).
Touring with the singer, we frequently were together, this gave us the opportunity to build up our repertory. Folk music wasn’t very important for me, I just considered it a basis to compose on, following the way of classical composers.

The musicians were receptive so we were sure our pieces would be played and this is normally  very difficult for unknown beginners.








Julverne and the other groups

So in this way Julverne created its own aesthetic and tone thanks to   3 composers who “competed” Pierre, Jean-Paul Laurent and myself. Every piece was looking for its own answer, nobody wanted to lag behind, the tastes were compatible but anyhow different, without the need of being commercial because we were earning our life playing with the singer. The life during that period in Belgium was quite easy: much public money, an intense cultural dynamic (following 1968) , a curious and numerous alternative audience, thirsty of new adventures and experiences, the real estate at low prices, a lot of  squats around….
We didn’t dedicate much time to our survival, so it was possible to participate and create many groups without bothering if they would be successful.
Apart from Julverne, I created « Nuit Câline à la Villa Mon Rêve » creative folk rock, I participated to Univers Zéro, Aksaq, Abraxis of Charles Loos, Placebo of Marc Moulin, Karo of Daniel Schell, André Bialek (an engaged singer ),Métarythmes de l’Air with Christian Leroy, I had some jams with all these musicians and I started to play in a classical string quartet .All this happened thanks to the “ Lundis d’Hortense” that was responsible for  promos and secretarial work.









Decadence

Then the world changed. Jazz rock dramatically disappeared and also the poetic singers (chansonniers). Margaret Tatcher spread her bad influence over Europe. Punks and electronics invaded the market, I was confused!
I tried to pursue an aesthetic of transgression, among written and composed seriuos music and rock that was more popular but open to research, reflection and re-readings. I simply couldn’t play garage rock or bustle with synths.I didn’t even get my bearings in the true contemporary music (Boulez,Stockhausen….). Jofroi fired us, correctly at a professional level, but this stood in the way of our professional perspectives.
At that point I returned engineer and teacher saving some free space for my musical activities and renouncing to enjoy my life.
The “Lundis d’Hortense” became an association for the promotion of Belgian jazz , with an aesthetic totally dedicated to jazz, and all the founders were discarded.












Belgium and marginal music

It’s a very small country, divided into two cultures not appreciating one another. The linguistic border is invisible but more evident than the state border! Brussels is a small town considering itself like an European capital, with a little bit of empathy towards the provinces. Local music market is ridiculous. Furthermore life is quite easy, so people stay here instead of leaving for Paris,London or NY.
Anyhow the possibilities to earn life from a local musical commercial product are very low and so musicians are used to work in their corner doing other jobs in order  to earn something.
If you don’t earn anything with your music,  you can do what you really like trying new paths – We had a lot of unknown creative musicians with their experiences of great quality. Somewhere else, considering their professional qualities,  they could have been absorbed  from a more commercial scene. I think this is an explication of the big number of Belgian alternative experiences. I always said that with a potential public of 500 people (Brussels) you can’t live of your music. With 10000 people (New York) this becomes possible- so you can try even if often you are swallowed by commerce. Many Belgian Musicians tried to find their way in Paris and they passed their lives doing modest musical works ( I think about Denis van Heke rocker cello player of Brussels who was exceptionally talented and who died prematurely without leaving musical traces of his greatness )




Nuit Câline à la Villa Mon Rêve 


Subventions

During the seventies in Belgium was set up a system of subventions for non conventional music. Commercial music had no problems ,as usual, classical music,as everywhere, was supported by a net of musical academies( very dense in Belgium) and subventions for orchestras .Public power discovered this niche of alternative creators and gave life to a net helping the organizers of concerts ( net Art et Vie) which indirectly helped the musicians because their fees were partially paid.
Thanks to this system life of alternative musicians was possible and even comfortable. This net is not the same today because the request for alternative music is poorer (thank you liberalism!) and the places to play (sites for alternative shows) have all closed down. Recently (2013) we had some wake-up signals but there are no big financial resources. Only  Theatre companies organized themselves to resist to de-culturalization. In theatres you can’t survive with light-hearted songs, you only survive with live shows, that’s why companies always had to organize themselves . This has permitted to the subvention system to survive (Art et vie and others). Now the non classical musicians are following the example of theatre creating FACIR collective of independent musicians which will not necessarily be a syndicate.



                         






Halvenalf Quartet (1983)


When I worked as  a teacher, i tried paths and time slots were I could express what my partial availability permitted me. For a violinist the string quartet was a natural path. Claudine Steenackers was my partner at the time,  she was a very classical oriented musician, and I  involved her in my musical adventures, following the meetings of alternative musician I made in my life .
This Quartet lasted for about 17 years (just to 2000) with weekly rehearsals,  it was our musical health.We accompanied also French singer William Sheller, who  taught me a new style. The group was in fact  the driving force for new compositions: we couldn’t afford to compete with  important string quartets,but we mixed classical music with our compositions, in order to occupy an interesting position in the small Belgian local scene.
This gave us the opportunity to play with John Lurie,Hector Zazou, Daniel Schell and to be involved in many Belgian productions.
My style developed following this aspiration, as a self taught man, and the result was the CD “Paysages de Carton”.
The difficulties of its diffusion denied the possibility of a 2nd project. 



                                                  Halvenalf Quartet


Present activities

Libertango is an experience  I was involved in  by Claudine Steenackers. My violinist style is compatible with Piazzolla's tango.The group  still exists even its performances are quite rare.
Philippe Tasquin is an unusual  talented singer,pianist arranger and composer who is looking for phaths out of standard like myself. We met professionally and became friends. He found many difficulties to impose his art , even if his style is near to chanson and rock – between Queen, Sparks, Ennio Morricone and the known or unknown classical French poets.
The base  formula is a sextet : string quartet, contrabass and piano.
Style  is sometimes very rhythmic, sometimes overloaded harmonic, never conventional, full of contrasts and curiously, difficult to be sold.
He also writes music for films, but at the moment only for small productions, so this doesn’t give him the possibility to live of it.
I also wrote some music for shorts, but I don’t think it fits too much  : my music is too autonomous to be adapted to a film.
My present partner (Céline Azizieh) is a remarkable pianist, with her I play a composite repertory (duo Gaze).
Another pretext  for composing, following my classical schema– are my compositions for a group  of musicians – friends, acquaintances – with them it is possible to work without any commercial need doing from time to time some private concerts.
The possibilities  to record « at home » are so interesting that we record ourselves our Cds even if the CD is disappearing.
New projects : some mini string quartets, a quintet with clarinet , some unedited works for a studio Julverne, some pieces for piano violin…
Also a CD « Tapas » of duos alto/violin et bassoon/violin (domestic production).


with Philippe Tasquin


My Tastes

Growing older, I better can define my tastes.
I like music that  narrates something. I call it narration because what you are hearing now anticipates what will follow.
This normally happens in all written serious music, but the elements of the narration can come from all sources.
 Recently, we have again in Belgian scene a series of interesting composers who use folk, classical and rock as raw materials of structured pieces.
This is what interested me in Univers Zero and that I found in Piazzola or Louise Avenue.
I am a music listener : beyond live concerts, I can spend my time listening to a CD or  radio without doing anything else (maybe drinking a glass of something).
Always looking for the paths permitting the evocation, the understanding and the emotion, which give a trace to follow and an intim relation with the musician – the artist which is behind.
Anyhow  I am tied to classical music among 2 wars around 1920  (Prokofiev, Szymanowski, Janacek, Stravinski, Ravel, Poulenc, Martinu, Tansman, Schulhof, … ) excepting the current « hard contempo » dominating – without being an exclusive choice.
I try anyhow to propose programs qui integrating my compositions with them of these composers.
I dream of finding an uncommon place for improvisation, which could integrate in a framework written with a different deepness than the one of jazz or of “variété”.
About jazz, the theme is a pretext , the harmonic grid is the guide and improvisation the main purpose.
About variété, improvisation is simply a small decoration.
« Free improvisation » often brings to commonplaces and having done it, I find it difficult to maintain the interest of the audience.
So here there’s a new path to look into.
Julverne exists only theoretically, the attempts to restart concerts were so complicated and difficult that we would need a miracle to succeed.
I normally don’t believe in miracles.
I wrote some texts analyzing my perception and my musical wishes, concerning my musical path, it will be ready soon.


Jeannot Gillis

and now in french:

Bio musicale

Mon père était un instituteur, musicien amateur, prêt à beaucoup d’aventures – il a joué du violon dans les cinémas dans les années 30, essayé le naturisme, passé 4 ans dans un camp de concentration nazi, fait l’ascension du Mont Cervin, milité au parti communiste, peint des toiles sympathiques, écrit une symphonie inachevée et des chansons guimauve…
Après guerre, il vendait du cuir pour vivre.
Quand j’ai atteint 7 ans, j’ai eu la « permission » d’apprendre le violon, j’attendais depuis longtemps !
Mon enfance a été studieuse et plutôt sage, peu de passion mais beaucoup d’intérêt.
Je suis devenu ingénieur civil des constructions, métier que j’exerce toujours après une vie partagée entre la musique et l’enseignement dans une école d’ingénieurs.
Je n’ai aucun diplôme de musicien, mais j’ai suivi 10 ans de cours privés avec un professeur classique – il était « Concert Meister » de l’orchestre national de Belgique.
Il m’a appris le violon classique sans stress mais aussi quelques dérapages vers la musique de salon – j’en garde des traces.
Après mes études – sans problème mais vécues comme un cauchemar, je me suis lancé dans la musique en professionnel, grâce à la rencontre avec Pierre Coulon.
La page ingénieur était tournée, provisoirement mais je ne le savais pas encore.
Comme je n’avais pas de diplôme classique je me suis naturellement infiltré dans les milieux variété (pop ?) et l’underground bruxellois.
C’était l’époque du folk européen renaissant, j’ai mis le pied dans la porte du folk wallon auquel je ne connaissais rien.
Nous avons organisé une habitation communautaire dans une grosse maison qu’on appelait la Villa Hortense et qui a donné son nom à une organisation de musique progressive « les Lundis d’Hortense ».




Les rencontres

Il y avait un studio de répétition et d’enregistrement, c’est là que j’ai rencontré les musiciens d’Univers Zéro Daniel Denis et Guy Seghers.
Le groupe était déjà en crise et Roger Trigaux venait de le quitter.
Pour moi, c’était une expérience enrichissante, je découvrais une forme de rock plutôt intellectuel (même s’ils s’en défendaient !), des rythmiques impaires, une forme de composition à partir de riffs complexes, des pièces ambitieuses et plus longues que l’ordinaire, un mélange électrique acoustique, une agressivité que je n’assumais pas vraiment et un jeu de batterie complètement nouveau.
J’ai écouté Magma que je ne connaissais pas et découvert un monde d’harmonies et de couleurs qui m’influence indirectement encore actuellement.
Mon expérience UZ a duré moins d’un an, je ne participais pas au radicalisme affiché par le groupe – obsession du noir, lettrages et imagerie gothiques, absence de « distance » et d’humour, refus de s’éloigner d’une ambiance sombre et d’une esthétique fermée.Mais j’ai toujours apprécié l’originalité de la démarche et la qualité et l’engagement des musiciens.J’ai gardé des contacts avec Daniel Denis, au gré des rencontres musicales, mais je suis devenu un ami très proche de Michel Berckmans, le bassoniste du groupe, avec lequel j’ai continué à jouer dans de nombreuses formations.Mes collaborations avec des groupes éloignés de mon esthétique étaient naturelles : on rencontre les gens, on sympathise, on découvre et on échange – tout le monde y trouve son compte.
On apprend à comprendre des intérêts et des motivations différents – un violoniste est habitué à jouer et à donner du sens à un texte musical, dans le rock on est dans la couleur pure, on doit surtout trouver le ton juste et  plonger dans un univers différent en apportant ses propres références.De toute façon je n’aurais pas construit ma carrière sur une esthétique qui m’aurait été étrangère.



Gagner sa vie

Pour gagner ma vie, j’accompagnais le chanteur Jofroi, qui débutait dans le métier, avec lequel j’ai appris à faire de la scène, des arrangements et de la musique en groupe.Cette esthétique n’était pas non plus la mienne, mais la collaboration a été fructueuse pour tout le monde.Le groupe qui accompagnait ce chanteur est devenu Julverne après s’être appelé les Coulonneux – référence à Pierre Coulon et au folklore wallon (coulonneux =colombophile, les gens qui font des concours de pigeons voyageurs).
Comme on tournait bien avec le chanteur, on se voyait souvent, ce qui nous a permis de construire notre propre répertoire.
Le folk ne représentait pas grand-chose pour moi, si ce n’est une base pour composer, à la manière des compositeurs classiques.
Les musiciens étaient disponibles et on était sûr d’être joué – ce qui est rare pour un compositeur débutant et inconnu.



Julverne et les autres groupes

Julverne s’est ainsi créé une esthétique, un ton propre grâce aux 3 compositeurs qui « rivalisaient » - Pierre, Jean-Paul Laurent et moi.
Chaque pièce appelait sa réponse, personne ne voulait être à la traîne, avec des goûts et des styles compatibles mais différents, sans besoin d’être commercial puisque nous gagnions notre vie avec le chanteur. 
La vie des années 75 en Belgique était facile : beaucoup d’argent public, une dynamique culturelle intense (d’après 1968), un public alternatif nombreux et curieux, assoiffé d’aventures et d’expériences, un immobilier ridiculement bon marché, pleins de squats possibles… 
On ne perdait pas beaucoup de temps à survivre,  il était donc possible de participer et de créer de nombreux groupes sans se soucier de savoir si ça allait « marcher ».
Outre Julverne, j’ai fait « Nuit Câline à la Villa Mon Rêve » folk rock assez créatif, univers Zéro, des participations dans Aksaq, dans Abraxis de Charles Loos, Placebo de Marc Moulin, Karo de Daniel Schell, des remplacements chez André Bialek (un chanteur engagé ), Métarythmes de l’Air avec Christian Leroy, des jams avec tous ces musiciens et des débuts en quatuor à cordes classique.
Tout ça tournait aussi grâce aux Lundis d’Hortense qui faisaient la promo et le secrétariat.




décadence

Puis le monde a changé.
Le jazz rock a brutalement disparu, la chanson poétique aussi.
Margaret Thatcher a dicté sa voie à l’Europe entière.
Les Punks et l’électronique ont envahi le marché, je n’y comprenais rien !
J’essayais d’avancer dans une esthétique de transgression, entre musique « savante », écrite ou composée et un monde plus populaire – le rock – mais qui était ouvert à des recherches, des réflexions, des relectures.
Je ne pouvais absolument pas faire du rock de garage ou chipoter des synthétiseurs.
Quant à la musique contemporaine pure et dure (Boulez, Stockhausen…) je ne m’y retrouvais pas plus.
Jofroi nous a virés – très correctement sur le plan professionnel – mais les perspectives musicales étaient sombres.
Je suis donc redevenu ingénieur et enseignant pour garder un espace libre pour la musique en renonçant à en vivre.
Les Lundis d’Hortense sont devenus une association de promotion du jazz belge, avec une esthétique strictement ciblée jazz, dont les fondateurs ont presque tous été écartés. 





La Belgique et la musique marginale

C’est un très petit pays, divisé entre 2 cultures qui ne s’apprécient pas beaucoup.
La frontière linguistique est invisible mais plus présente qu’une frontière d’Etat !
Bruxelles est une petite ville qui se donne des allures de capitale, avec un peu de condescendance vis-à-vis de la « Province », bref le marché local est minuscule.
En plus, la vie est plutôt facile, donc les gens restent souvent sur place au lieu de s’enfuir à Paris, Londres ou New-York.
Du coup, les perspectives de vivre d’un produit commercial local sont faibles et les musiciens se sont habitués à travailler dans leur coin en essayant de gagner leur vie autrement.
Si c’est pour ne rien gagner, autant faire ce qu’on aime et donc explorer des pistes peu courues – les musiciens créatifs peu connus étaient nombreux et leurs expériences souvent de grande qualité.
Ailleurs, avec les qualités professionnelles qu’ils avaient, ils auraient plus vite été absorbés par un milieu plus commercial, je crois que c’est l’explication du nombre d’expériences alternatives belges.
Je me suis toujours dit qu’avec un public potentiel de 500 personnes (Bruxelles) on ne peut pas vivre.
Avec 10000 personnes (New-York) ça devient possible – on tente donc sa chance mais on est souvent englouti dans le commerce.
Beaucoup de musiciens belges se sont « noyés » à Paris et ont passé leur temps à gagner leur vie dans des boulots musicaux médiocres (je pense à Denis Van Hecke, violoncelliste rocker bruxellois au talent exceptionnel, mort prématurément sans laisser de traces musicales à la hauteur de ses dons.)




Subventions

Dans les années 70 s’est mis en place un système de subventions pour la musique non conventionnelle.
La musique commerciale se débrouillait bien toute seule, le classique comme partout bénéficiait d’un réseau d’enseignement (particulièrement dense en Belgique) et d’orchestres subventionnés.
Les pouvoirs publics ont remarqué cette niche des créateurs alternatifs et ont créé un réseau d’aide aux organisateurs (circuit « Art et Vie ») qui profitait bien sûr aussi aux musiciens puisque leurs cachets étaient partiellement payés.
C’est grâce à ce système que la vie des alternatifs était possible et même confortable.
Ce réseau a perdu beaucoup de son sens aujourd’hui, parce que la demande s’est affaiblie (merci le libéralisme) et que les lieux (salles de spectacle alternatives) ont fermé leurs portes.
On constate aujourd’hui (2013) une certaine renaissance du courant, mais la prospérité économique de l’occident européen n’est plus là.
Seuls les milieux du théâtre se sont organisés pour résister à la déculturation.
En théâtre pas de fortune possible avec une chansonnette, on doit vivre du spectacle live, donc les compagnies ont toujours dû s’organiser pour survivre – elles ont permis que le système de subvention continue (Art et Vie ou similaire).

Les musiciens hors classique sont en train de suivre l’exemple du théâtre en créant le FACIR – collectif de professionnels indépendants qui ne se veut pas nécessairement syndicat.




Julverne " Le Pavillion Des Passions Humaines"


Le quatuor Halvenalf (1983)
Installé dans ma nouvelle vie d’enseignant, j’ai cherché des pistes et des créneaux où exprimer ce que ma relative disponibilité me permettait.
Pour un violoniste, le quatuor à cordes était une voie naturelle.
Claudine Steenackers était ma compagne dans la vie, musicienne très classique, je l’ai entraînée dans mes aventures, en suivant les rencontres que j’avais faites dans ma vie de musicien alternatif.
Ce quatuor a duré 17ans (jusqu’en 2000), avec des répétitions hebdomadaires – c’était notre hygiène musicale.
Nous avons accompagné le chanteur français William Sheller, chez qui j’ai aussi appris un certain style.
A nouveau, le groupe a été un moteur de composition : nous ne pouvions prétendre rivaliser avec les grands quatuors, mais nous mélangions du classique et des compositions, de manière à occuper une place intéressante sur la petite scène locale.
Ça nous a permis de jouer avec John Lurie, Hector Zazou, Daniel Schell et d’accompagner de nombreuses productions belges.
Mon style s’est donc développé sur le tas, en pur autodidacte, ce qui a donné « Paysages de Carton ».
La difficulté de diffusion était telle qu’il n’y a pas eu de 2ème tentative.







                                                          Julverne



Activités actuelles

Libertango est une expérience dans laquelle Claudine Steenackers m’a embarqué.
Mon style de violoniste colle assez bien avec le tango de Piazzolla et ce groupe existe toujours, même si ses prestations sont rares.

Philippe Tasquin est un chanteur insolite, pianiste, arrangeur compositeur talentueux qui cherche comme moi des pistes hors normes.
Nous nous sommes rencontrés professionnellement puis sommes devenus amis.
Il a vécu les mêmes difficultés à faire passer ses élans, même s’il est beaucoup plus proche du milieu chanson et rock – entre Queen, Sparks, Ennio Morricone et les poètes français classiques plus ou moins connus.
La formule de base est un sextet : quatuor à cordes, contrebasse et piano.
Style parfois très rythmique, parfois harmonique très chargé, jamais conventionnel, rempli de contrastes et curieusement, difficilement commercialisable.

Il écrit pas mal de musiques de films, mais jusqu’à présent cela reste de petites productions qui ne permettent pas d’en vivre.
J’ai moi-même écrit quelques musiques de courts métrages, mais je ne pense pas que ce soit un emploi bien adapté : ma musique est trop autonome pour se marier avec un film.

Ma compagne actuelle (Céline Azizieh) est une remarquable pianiste, avec laquelle je travaille un répertoire composite (duo Gaze).
Nouveau prétexte à écriture, selon mon schéma désormais classique – j’écris pour un groupe de musiciens – amis, copains, connaissances – avec qui il est possible de travailler sans exigences commerciales directes avec à la clef quelques concerts privés.
Les possibilités d’enregistrement « at home » sont telles que nous enregistrons des CD en autoproduction, même si ce support est en voie de disparition.
En projet : quelques mini quatuors à cordes, un quintet avec clarinette, quelques œuvres inédites pour un Julverne de studio, des pièces pour piano violon…
Il y a un CD « Tapas » de duos alto/violon et basson/violon (en production domestique).



                                









Mes goûts

Avec l’âge, je peux mieux cerner mes propres goûts.
J’aime les musiques qui racontent quelque chose, j’appelle ça du « discours ».
Ça signifie que ce qu’on vient d’entendre appelle ce qui suit.
C’est évidemment le cas de toutes les musiques « savantes » écrites, mais les éléments du discours peuvent provenir de toutes les sources.
En particulier, il y a à nouveau sur la scène belge une série de compositeurs intéressants qui utilisent le folk, le classique, le rock comme matière première de pièces structurées.
C’est d’ailleurs cette démarche qui m’intéressait chez UZ et que j’ai retrouvée chez Piazzolla ou Louise Avenue.
Je suis un « écouteur » de musique : outre les concerts live, je peux passer du temps à écouter un CD ou la radio sans rien faire d’autre (que boire un verre).
Toujours à la recherche des voies qui permettent l’évocation, la compréhension et l’émotion, qui offrent un fil à suivre et une relation intime avec le musicien – l’artiste qui est derrière.
Je reste par ailleurs fidèle à mon penchant pour la musique classique de l’entre 2 guerres autour de 1920  (Prokofiev, Szymanowski, Janacek, Stravinski, Ravel, Poulenc, Martinu, Tansman, Schulhof, … ) à l’exception du courant « hard contempo » dominant - sans que ce choix soit exclusif.
J’essaie d’ailleurs de proposer des programmes qui intègrent mes compositions avec celles de ces compositeurs.
Je rêve de trouver une place originale à l’improvisation, qui s’intègrerait dans un canevas écrit avec un poids différent de celui du jazz ou de la variété.
En jazz, le thème est un prétexte, la grille harmonique est le guide et l’improvisation le propos essentiel.
En variété, l’impro est un tout petit élément du décor.
En « improvisation libre » on est souvent ramené à des lieux communs, et pour l’avoir pratiquée, il me semble difficile de soutenir l’intérêt.
Il y a donc là une voie originale à creuser.
Julverne n’existe plus que théoriquement, les tentatives de remonter des concerts sont tellement lourdes et difficiles qu’il faudrait un miracle pour y réussir.
Je ne crois pas trop aux miracles.
J’ai écrit quelques textes qui analysent ma perception et mes désirs musicaux, en relation avec ma propre histoire, ça sera bientôt prêt.


Jeannot Gillis


a video:




No comments:

Post a comment